Blog prof. René Prêtre

WhatsApp Image 2018-05-19 at 18.24.29
Mai 18 2018
pretre

Mission Mozambique 2018, le 18 mai

Post by René Prêtre

pretre
Mai 18 2018

12h
Un cas sans problème. Enfin ! je serais tenté de dire. Ca existe encore !
C’est Sozinho qui a réalisé l’opération – la fermeture d’une communication entre les deux ventricules.
Le cas de l’après-midi – une maladie bleue (la première de la mission alors que, au début, nous en avions à revendre – mais voilà, Sozinho a appris à les opérer et aujourd’hui, il les écume, en tout cas les formes simples ; c’est évidemment une évolution réjouissante) ne devrait pas nous poser trop de problèmes, même si les artères pulmonaires sont particulièrement petites. Ce serait une bonne chose que l’on ne finisse pas la journée trop tard, pour une fois, car, depuis notre arrivée, nous avons chaque soir joué les prolongations. Et chacun qui a joué un peu de football (ou de hockey, je suppose) sait que l’énergie perdue dans une prolongation équivaut à celle dépensée dans le temps réglementaire. En gros, nos organismes ont travaillé « à double » depuis le premier jour.

Coup d’œil panoramique sur les soins intensifs. Ca semblent ronronner : tout le monde est bien réveillé (notre princesse aussi), va bien et s’apprête à rejoindre entre aujourd’hui et demain leur chambre dans l’unité. Cela ne veut surtout pas dire qu’il y a eu peu à faire. Le ronronnement en question, c’est celui des enfants, pas celui des soignants. Julie et Guillaume sont sans cesse au taquet à ajuster les infusions, surveiller la respiration de chacun, contrôler les pertes et les apports, retirer les drains. Par bonheur, comme il n’y a pas eu de complications ou de surprises particulières – contrairement aux aventures du bloc opératoire. Ils arrivent à garder la tête au-dessus de l’eau avec leur six à sept patients à surveiller (ils ont aussi hérité quelques enfants, qui étaient là avant notre arrivée). Grâce à leur efficacité, le roulement est bon, permettant le transfert d’autant d’enfants (chaque transfert libère un lit de SI) que le bloc n’en « produit ».

17h
Le deuxième cas vient juste d’être terminé. Tout s’est passé comme si l’on avait suivi le pointillé de l’opération. Aucune déviation, aucun accrochage. Le sang, bleu avant, coule maintenant avec sa couleur rose-rouge dans les artères. Les lèvres, les ongles de cet enfant vont changer dans la même direction leur couleur.
Un peu de temps libre. Pas le courage d’« attaquer » mes mails. Le scrolling de ceux marqués d’un drapeau me déprime déjà : il y en a tellement, dont la plupart exigeront une réponse. Cette contrainte est devenue la partie la plus pénible de mon travail. Ce soir, c’est décidé, ce sera repos.

Les perfusionistes font tourner la machine coeur poumon à plein régime. Tout est sous contrôle.

Les perfusionistes font tourner la machine coeur poumon à plein régime. Tout est sous contrôle.